Au long des 30 dernières années, cette militante occupe les postes de présidente de Femmes Autochtones tant au Québec que le pendant canadien. Elle met les pieds en politique à titre de sous-ministre associée au ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration du gouvernement du Québec et chargée du secrétariat à la Condition féminine. Elle fait également campagne à l’élection fédérale de 2015.


En 2017, elle devient commissaire lors de l’Enquête Nationale des filles et des femmes autochtones disparues et assassinées. Ce rapport de 1192 pages la marquera à vie. Depuis 2019, son nouveau shaputuan se trouve à l’université Laval où elle agit à titre de conseillère principale à la réconciliation et à l’éducation autochtone.

CAPSULE EXCLUSIVE | SANS RÉSERVE

SANS RÉSERVE | DÉFINITION

« Pourquoi on m’obligeait à être plus innue ou plus québécoise ? Alors que je pourrais porter fièrement ces deux cultures-là, ces deux identités… Je ne dois rien à personne et personne ne me doit quelque chose ! »
Michèle Audette
Conseillère principale à la réconciliation et à l’éducation autochtone
Université Laval